Les difficultés de la recomposition

En tant que professionnels ou bénévoles observant de près les transformations de la famille, nous avons vu augmenter le nombre de personnes concernées par une recomposition familiale. Nous avons pu constater une grande complexité à refonder une famille après un divorce, et une grande indifférence de la société à l’égard des difficultés que ces personnes pouvaient rencontrer, voire même un jugement souvent négatif qui n’est pas sans conséquences.

Pendant longtemps, en effet, et encore aujourd’hui, la famille recomposée a été associée à des représentations assez négatives : insécurité, instabilité, indétermination des rôles … Il n’est toujours pas facile de faire admettre que recomposer une famille est une tâche très complexe qui nécessite de l’aide et non pas une condamnation morale ou des obstacles de tous ordres, de la part non seulement de l’entourage proche, mais de la société dans son ensemble.

Au-delà des questions matérielles parfois accablantes, fonder une nouvelle famille requiert un véritable « travail psychique de recomposition » pour chacun de ses membres. Il s’agit de toutes les étapes du processus conscient et inconscient qui vont conduire à trouver suffisamment bien sa place ou sa fonction dans la famille, puisque, au contraire des familles traditionnelles, le schéma est plus « brouillé », les repères sont plus flous… Ce travail concerne le couple, les enfants, les grands-parents même si c’est à un autre niveau d’implication, et l’autre parent légitime. Même s’il s’accompagne souvent de souffrances et parfois d’angoisse, ce travail psychique n’est pas pathologique, mais il peut le devenir. Car il arrive parfois que certains de ses membres, adultes ou enfants, le temps passant, n’arrivent toujours pas à trouver leur place dans la famille recomposée. Les crises peuvent aboutir à plus ou moins long terme à une nouvelle rupture, mais bien des dégâts psychologiques risquent d’avoir été causés entre temps. D'où l'absolue nécessité de soutenir ces familles en difficulté.